Test de la balance « Fitbit Aria »

Test, balance WiFi Aria de Fitbit

Beaucoup de tests de la balance Fitbit Aria ont déjà été réalisés sur internet et j’ai quand même eu l’occasion de m’en procurer un exemplaire.

Dans un packaging très « Apple », on découvre un très beau produit, avec de belles lignes, une dalle en verre d’apparence robuste, un écran rétro éclairé lumineux ( mais un peu petit ) et une forme très moderne.

J’ai la bonne surprise de découvrir que les piles sont incluses alors, c’est parti pour l’installation ! Il suffit de la brancher une première fois sur un ordinateur connecté au Wi-fi de la maison et de se rendre sur le site de Fitbit (https://www.fitbit.com/ ) et de télécharger une petite application à installer sur l’ordinateur.

Quelques étapes permettent d’enregistrer la configuration Wifi dans la balance et de vérifier que la connexion est bien active. C’est tout !

La balance est alors prête à l’utilisation. Un jeu d’enfant et c’est tant mieux ! Il ne reste plus qu’à créer son profil sur le site de Fitbit, rentrer ses informations ( taille, sexe, âge ) et on peut suivre en temps réel la progression de son poids depuis le tableau de bord.

Elle indique évidemment notre poids mais contrairement aux balance classiques, elle détermine aussi notre pourcentage de graisse en faisant la distinction entre masse grasse et masse maigre ( les muscles, l’ossature et l’eau corporelle ), et calcule notre IMC. Pour cela, le plateau de verre contient des éléctrodes qui envoient un signal de faible intensité à travers notre corps pour mesurer notre composition corporelle.

Aria parvient à mémoriser 8 personnes et indique l’utilisateur en affichant ses initiales. Il est aussi possible de s’en servir de façon anonyme, enregistré sous l’appellation « Guest ».

On peut également se fixer des objectifs et suivre ses progrès car Aria affiche notre historique avec nos mesures et un graphique montrant nos éventuels progrès accomplis. On est alors récompensé, non pas par un chocolat, mais par l’obtention de badges qu’on peut joyeusement partager sur Facebook ou Twitter. Personne ne nous y oblige, en général, le gens se fichent de notre poids mais à titre personnel, ça peut être motivant.

Mon avis sur la balance Aria

Je n’arrivais plus à me contenter d’une balance qui ne faisait qu’indiquer mon poids. J’avais envie d’en savoir plus alors quand ma vieille balance a rendu l’âme, j’en ai profité pour innover. Il existe beaucoup de techniques qui permettent de se faire une idée sur sa masse graisseuse mais elles sont trop contraignantes et manquent de précision. Par curiosité, j’avais mesuré mon tour de taille avec un mètre ruban mais le résultat obtenu ne m’éclairait pas davantage sur ma composition corporelle. En clair, je voulais des résultats concrets et facilement interprétables et c’est ce que j’ai pu enfin obtenir en utilisant la balance Fitbit Aria. Pour une fainéante comme moi qui n’a pas envie de se perdre dans les calculs et qui souhaite gagner du temps, c’est parfait : il suffit de monter sur la balance et les graphiques interprètent les résultats à notre place ! 

Par contre, la précision et la simplicité ont un prix. Aria coûte tout de même 120 euros. C’est onéreux pour une balance. J’ai profité de mes réductions accumulées et de ma date d’anniversaire approchant pour me la procurer mais il est clair que tous les budgets ne peuvent pas se permettre d’investir une telle somme dans un objet qui est certes intéressant mais pas indispensable. En effet, si vous n’avez pas pour habitude de suivre votre poids de près, n’êtes pas sportives ou ne faîtes pas de régime, je vous conseille d’acheter une balance classique qui fait le strict minimum et qui est forcément beaucoup moins chère.

En résumé, c’est un produit de bonne facture, élégant, fiable et moderne. Il nous permet de faire un bilan précis sur notre poids pour établir un plan d’action approprié. Les données affichées peuvent motiver certaines à poursuivre leurs efforts et d’autres à se mettre au sport pour atteindre l’objectif qu’elles se sont fixées. Pour ma part, j’ai constaté que j’avais dramatisé ma situation. Je considère que j’ai encore un peu de progrès à faire mais que ce n’est pas aussi catastrophique que je l’avais imaginé.

N’hésitez à partager vos avis sur les balances connectées ! 

On rachète ou pas : Vital, Running pour elles, Shape, Jogging International …

Je dévore tout ce qui a des pages et qui me passe sous la main et les magazines de sport en font partie. Alors je me suis dit qu’aujourd’hui,  j’allais partager mon avis sur les magazines que j’ai découverts au cours de ces deux dernières années. Mes critiques pourront peut-être vous aider dans vos choix car la presse sportive propose toujours plus de revues.

Peut-être les avez-vous lus ? peut-être que vous ne les connaissiez pas ? J’espère en tout cas vous en faire découvrir quelques uns qui méritent d’être achetés :) C’est parti !

Running pour Elles :  Quand j’ai commencé à m’entraîner pour participer à des courses, je me suis dit qu’il fallait que je m’intéresse un peu plus aux fondamentaux de la course à pied afin d’établir un vrai plan d’entraînement. J’avais besoin de conseils mais du côté des blogs, je n’ai pas trouvé ce que je recherchais car je n’y comprenais rien ( je ne parle pas bien la langue du coureur pro:)  ). Bref, je suis tombée sur ce magazine qui, bien que spécialisé, garde un vocabulaire et des rubriques accessibles aux débutants. En revanche, j’ai été interpellée par le grand nombre de « coquilles »mais ce bémol n’enlève rien à la qualité de son contenu. J’ai racheté.

Shape : Les articles beauté prennent trop de pages et sont du même acabit que dans tous les autres magazines féminins traditionnels. J’ai remarqué aussi qu’il y avait un certain nombre d’articles qui n’avaient rien à avoir avec le sport et quand ils le sont, ils ne sont pas suffisamment approfondis. Je n’ai pas racheté.

Vital : C’est un peu le concurrent de Shape mais cette fois, c’est une création 100% française. Il a pour avantage de présenter l’actualité des activités de fitness et de proposer des exercices de très bonne qualité. En revanche, comme pour Shape, les articles beauté prennent trop de place et certains n’ont même aucun rapport avec le fitness. Vital se rapproche tout de même beaucoup du magazine féminin traditionnel mais comme j’ai l’impression d’être souvent la cible de leurs articles et conseils dédiés au sport, j’ai racheté.

Photo : Et voici en exclusivité la prochaine couverture de votre magazine préféré ;-) En kiosque ce mercredi. Notre première avec une championne et sûrement pas la dernière ! (photo Damien Rosso)

Nature trail : Le magazine est simple. Il n’y a pas de chichis. On y retrouve des conseils de pro, des anecdotes, des comptes-rendus de trails, des portraits, des plans d’entraînements, des tests matériels … bref, tout ce que je recherche dans un magazine sportif ! En plus, les photos de Trail Inspiration sont magnifiques. J’ai racheté.

Jogging International : Ce magazine a choisi de consacrer de nombreuses pages aux courses passées ou à venir, aux reportages et à son calendrier détaillé. Jogging International est une mine d’informations mais on y retrouve souvent les mêmes thèmes ( premier 10 km, perdre du poids … ). C’est dommage mais il n’en demeure pas moins un magazine de sport de très bonne qualité. J’ai racheté.

Runner’s World France : Moins technique mais plus varié que Jogging International, Runner’s World France a le mérite de consacrer beaucoup d’articles à chaque numéro. J’aime aussi la façon dont ils sont rédigés. Bref, j’ai racheté.

 

Voilà. Quels sont les magazines pour lesquels je ne rate jamais la parution d’un nouveau numéro ? Running pour Elles, Jogging International, Nature Trail et Runner’s World France. J’avoue avoir un gros coup de cœur pour les deux derniers. Enfin, j’achète Vital au gré de mes envies.

Celui que je n’ai pas racheté : Shape. J’aime découvrir, c’est dommage d’être déçue après l’achat mais ça reste un magazine qui fait passer le temps.

N’hésitez pas aussi à partager vos avis :D

Derniers conseils avant le jour -J d’une course

Quelques jours avant une course, coureuses débutantes ou expérimentées, il est bon de rappeler quelques points essentiels pour aborder sa course en toute sérénité !

Retirer le dossard

La base, me direz-vous ! Seulement, c’est parfois grâce à un email de rappel que l’on se souvient qu’on n’a pas de certificat médical sous la main. Sans ce petit papier, on ne peut pas retirer le dossard alors il est temps de foncer chez le médecin si ce n’est pas encore fait. Il doit également dater de moins d’un an pour être valide et ça, c’est bon à savoir.

Vérifiez bien aussi les jours et les horaires pendant lesquels vous pourrez retirer votre dossard. Parfois, il n’est pas possible de le retirer le jour J. Pour ma part, j’y vais toujours la veille de la course par mesure de précautions.

Repérer le lieu de la course

La veille, pensez à consulter l’itinéraire pour vous rendre sur le lieu de la course : ligne de métro/bus à prendre, temps de trajet … pour ne pas perdre du temps et stresser le jour J.

Choisir une tenue adéquate

Je checke la météo quelques jours avant la course mais comme Meteofrance n’est plus très fiable depuis quelques temps, je préfère choisir à l’avance une tenue adaptée pour la pluie et une autre pour un temps plus clément. Il est aussi indispensable de choisir des vêtements que vous connaissez et dans lesquels vous vous sentez à l’aise ! En clair, il faut éviter de porter des fringues neuves et il en est de même pour les baskets. Le style c’est bien mais le confort, c’est encore mieux.

Préparer son sac

J’ai gardé cette habitude de mes veilles de rentrées scolaires : je déteste faire mon sac le jour J. Pour ma part, je prends une tenue de rechange à enfiler après la course en laissant les objets de valeur chez moi. Je m’équipe d’une bouteille d’eau, d »une barre de céréales, d’une serviette et de mouchoirs … sans oublier les affaires pour la course. Rien de plus rageant que de s’apercevoir qu’on a zappé le dossard et la puce !

Bien s’alimenter

Il y a un problème récurrent chez mon copain et moi : on trouve toujours le moyen d’être invité la veille d’une course ( j’en avais déjà parlé ici ) ! En plus, il s’agit d’invitations que l’on ne peut pas décliner : une copine qui fête son premier job en nous invitant au resto, l’anniversaire d’une amie de longue date … D’ailleurs, la veille de la Corrida de Sassenage qui aura lieu le 23/11, on est invité à l’anniversaire du cousin de mon copain. Impossible de refuser alors on prie pour que ce soit un buffet ! ( on picore ce que l’on veut et on y verra que du feu ).

Sinon, en temps normal, il vaut mieux miser la veille au soir sur un plat de féculents pour faire le plein de glucides et éviter les aliments gras, trop lourds à digérer.  Pour le petit-déjeuner, pensez à vous lever plus tôt, au minimum 2h30 avant la course, pour ne pas être gêné au niveau de la digestion pendant la course.

Arriver à l’avance le jour de la course

Pour éviter tout stress de dernière minute, je vous déconseille d’arriver un quart d’heure avant pour repérer le sas de départ, déposer vos affaires, aller aux toilettes …

Bien s’échauffer

Pour éviter toute blessure, il ne faut pas démarrer la course à froid. Prenez le temps de vous échauffer de votre côté. De nombreuses courses organisent aussi des échauffements collectifs : profitez-en !

Voilà, j’espère que ces conseils de dernière minute pourront vous aider à mieux appréhender vos courses. Et enfin , n’oubliez pas l’essentiel : vous courrez pour vous dépasser mais aussi pour vous faire plaisir. Alors, profitez de ces moments et soyez heureuses de courir ! :D

Mes recettes gourmandes

Je vous avais expliqué ici que j’avais revu mon mode alimentaire et adopté une meilleure hygiène de vie depuis un an et demi. J’avais pris beaucoup de poids en l’espace de deux ans et en étant passée de 60 à 72 kg, je ne supportais plus celle que j’étais devenue. Au prix de nombreux efforts, les résultats sont là : je mesure 1,73 m et pèse aujourd’hui 58 kg.

Seulement, cette nouvelle hygiène de vie n’a pas fait que remodeler ma silhouette. Je me suis aussi découverte une vraie passion pour le sport. Je fais du fitness, de la course à pied, des randonnées et de la natation. Je suis devenue sportive alors qu’auparavant, mon seul objectif était de perdre du poids.

Je vous ai également expliqué dans l’article précédent, que revoir son alimentation ne voulait pas dire qu’il fallait se priver en toutes circonstances. En effet, il est important de faire quelques écarts pour ne pas reprendre ses mauvaises habitudes par découragement.

Je vous présente alors les recettes de mes gâteaux préférés qui ont souvent fait l’unanimité de mes proches. A vos fourneaux les filles ! Voici le temps de se faire plaisir.

 

Le cake aux Carambars

DSCN4658

C’est l’occasion de retomber en enfance avec ce gâteau qui a fait craquer toute la famille ! De la nièce ( 11 ans ) et au neveu ( 7 ans ) de mon copain aux plus grands, tous ont succombé au plaisir régressif.

Ingrédients / pour 6 personnes

  • 20 Carambars
  • 150 g de beurre
  • 150 g de farine
  • 120 g de sucre en poudre
  • 3 oeufs
  • 10 cl de lait
  • 1/2 sachet de levure
  • 3 pincées de fleur de sel

Préparation 

Dans une casserole, versez le lait, les oeufs et les Carambars
Faites fondre pendant 5 minutes jusqu’à obtention d’un caramel fluide
Préchauffez le four à 180°C. Mélangez le sucre, la farine, les oeufs, la levure puis ajoutez la fleur de sel. Versez le mélange caramel sur la préparation et mélangez le tout
Enfournez pour 40 minutes à 180°C.

 

Les rochers coco ou Congolais

Encore un recette très simple qui fera sûrement un malheur autour de vous ! La première fois, j’avais conçu ces petits gâteaux à l’occasion d’un Nouvel An et je peux vous dire qu’ils n’ont pas fait long feu !

 Ingrédients 

  • 3 blancs d’oeufs
  • 200 g de noix de coco
  • 200 g de sucre
  • 20 g de confiture d’abricots (donne du moelleux au congolais)
  • + 60 g de chocolat au lait pour la déco (facultatif)

Préparation

Battez les blancs d’oeuf en neige, un peu avant la fin incorporez le sucre petit à petit tout en continuant de battre comme si vous faisiez une meringue.

Incorporez la noix de coco râpée et la confiture d’abricot.

Remplissez vos moules, ou réalisez de petits tas sur une plaque recouverte de papier sulfurisé à l’aide d’une poche à douille cannelée ou à défaut avec deux petites cuillères puis arrondissez les boules avec vos doigts humides.

Enfournez 15 minutes à 180°C. Laissez tiédir un peu avant de démouler.

Faites fondre le chocolat au lait au bain-marie. Trempez les rochers dans le chocolat puis dans de la noix de coco râpée. Laissez prendre.

 

Les cookies US

J’aime les VRAIS cookies. Vous allez me dire mais c’est quoi des vrais cookies ? A mon sens, il n’y  a pas de vrais ou de faux cookies car chacun les aime différemment.

Pour moi, le vrai cookie c’est : 

– un biscuit bien épais

– croustillant à l’extérieur

– moelleux à l’intérieur

– et avec de grosses pépites de chocolat

Ingrédients / pour 15 gros cookies

  • 115 g de beurre mou
  • 220 g de farine
  • 1 oeuf
  • 180 g de sucre roux (cassonade) => trop sucré, je baisse à 150g
  • 2 c. à soupe de sucre
  • 1/2 c. à café de bicarbonate de sodium* (permet d’avoir une texture plus légère et des cookies plus digestes)
  • 1/2 c. à café de levure chimique
  • 1/2 c. à café de sel
  • 1 c. à café d’extrait de vanille
  • 1,5 c. à café d’expresso en poudre (facultatif, donne un léger goût de café que j’adore)
  • 200 g de pépites de chocolat (ou un mélange de différents chocolats. J’ai mis 100 g de pépites de choco noir + 100 g de pistoles de chocolat au lait)
  • 50 g de noix (noix de pécan, noisettes… ou pépites de nougatine) (ici, ce sera des noix de pécans hachées)

Préparation 

1.Mélangez le beurre mou avec le sucre et la cassonade à la fourchette.

2. Ajoutez l’oeuf ainsi que l’extrait de vanille et l’expresso en poudre. Mélangez bien.

3. Ajoutez, petit à petit, la farine ainsi que le sel, la levure et le bicarbonate. Mélangez rapidement le tout, sans trop insister puis ajoutez les pépites de chocolat et les noix.

4. A l’aide de vos mains, formez des boules. Au besoin farinez-les un peu, mais normalement la pâte est assez épaisse et se travaille bien. Vous pouvez également mettre le saladier de pâte 15-20 min au frigo afin de la raffermir.

5. Disposez les boules de pâte sur une plaque à pâtisserie recouverte de papier sulfurisé. Veillez à espacer les boules car la pâte s’étale un peu à la cuisson.

6. Enfournez dans un four préchauffé à 140°C pendant 20 à 25 minutes pas une de plus !! Les cookies sont encore crus à l’intérieur quand on les sort mais c’est normal : ils continuent de « cuire » un peu et durçissent en refroidissant.

CONSEIL : Placez le saladier de pâte à cookies au réfrigérateur entre les différentes fournées afin que la pâte reste facilement manipulable.

7. Laissez refroidir une dizaine de minutes avant de les décoller sinon, comme ils sont chauds et que le centre est peu cuit, ils accrochent et tout le cœur reste collé.

 

Depuis que j’ai testé cette recette, c’est devenu un best seller chez moi. C’est LA recette de cookies que je garde et refais à chaque fois.

Niveau dégustation, je peux vous assurer que Le best, c’est quand ils sont encore tièdes.

 

Je ne me mets pas souvent aux fourneaux pour faire des gâteaux mais à l’avenir, je pourrai poster sur mon blog les recettes gourmandes qui ont été testées et approuvées.

 

N’hésitez pas à partager dans les commentaires vos meilleures recettes !

(Re) trouver un équilibre alimentaire

Aujourd’hui, j’ai décidé de vous révéler dans le détail ce que j’ai fait pour perdre progressivement du poids. C’est une perte de poids qui s’est réalisée sur plusieurs mois et qui est aussi le résultat de nombreux efforts.

Avant d’aller plus loin, il faut bien se mettre dans la tête que si vous souhaitez perdre du poids sans jamais en reprendre, c’est un engagement à vie. Je sais que ça fait peur mais c’est pourtant la vérité. Il ne s’agit pas de faire un régime où pendant 4 mois, vous ne mangez pratiquement rien, et dès que vous avez atteint votre objectif, vous reprenez les mauvaises habitudes. A la place, vous allez devoir adopter un nouveau mode de vie et ça pour le restant de vos jours.

Ce sera long et difficile mais avant de vous engager, il est utile de se poser les bonnes questions. Avez-vous vraiment besoin de perdre ces quelques kilos ? Vous le faîtes pour vous ou plutôt pour votre famille, votre copain etc ?

Je me suis moi-même posée ces questions. La réponse à la première m’a semblé évidente : j’avais 10 kilos à perdre. Pour la seconde, si j’ai souhaité perdre du poids, c’était uniquement pour moi.  Je ne me reconnaissais plus et j’avais perdu confiance en moi. Alors, si vous souhaitez vous engager dans cette voie, je vous conseille vivement de le faire pour vous et pour personne d’autre. Le déclic doit venir uniquement de vous et non de votre famille, vos amis, votre copain … car si c’est le cas, votre volonté ne sera pas assez forte pour que vous poursuiviez durablement vos efforts.

Il y a plus de deux ans, je mangeais n’importe comment et en quittant le domicile familial, j’avais pris de très mauvaises habitudes alimentaires. En voici quelques-unes pour vous donner une idée :

– Pas de petit déjeuner le matin

– Des sandwichs/paninis/cornets de frites bien grasses avalées sur le pouce

– Des plats surgelés le soir

–  Plus de grignotage ( chips, gâteaux … )

Comme vous pouvez le constater,  c’était un peu du grand n’importe quoi. Je ne mangeais que de la viande et des féculents. Rien à voir avec mon alimentation actuelle.

En ayant retrouvé un équilibre alimentaire, je vous présente les règles que j’applique quotidiennement depuis un an et demi :

Les viandes

A chaque repas mais uniquement les viandes blanches ou maigres : poulet, dinde, steak haché 5% de MG etc.

Les poissons

A chaque repas, en privilégiant les poissons maigres. Les poissons gras comme le saumon ou le thon sont bons pour la ligne à condition de les consommer de préférence le midi

Les féculents

Il vaut mieux limiter la consommation de féculents et les privilégier pour le midi. Le pain étant le principal responsable de la prise de poids, je le consomme avec grande modération. Pour les pâtes et le riz, préférez les complets et les pommes de terre se consomment de préférence à l’eau ou à la vapeur

Les légumineuses 

Même cas que les féculents, j’en mange surtout le midi et avec modération. J’ai un faible pour les lentilles et le boulgour.

Les légumes

Les seuls aliments que l’on peut manger sans modération !

Les produits laitiers

Ils sont une très bonne source de protéines. Je mange des yaourts nature, bois du lait demi-écrémé uniquement le matin et consomme du fromage faible en matière grasse ( chèvre, edam … ) mais très rarement le soir

Les boissons

Je ne bois que de l’eau et du thé sans sucre. J’ai définitivement renoncé aux sodas et à l’alcool.

 

Avant de faire du sport, je mange quelques poignées de noix ou d’amandes et mes collations sont généralement très légères. Un fruit ou une compote suffit.

Ce nouveau mode alimentaire vous semble peut-être drastique et la première semaine, je ne vous cache pas que j’avais très faim, notamment le soir. Auparavant, je mangeais des quantités tellement importantes que ça a été un grand choc. Mais après une semaine, mon corps s’est habitué à ces nouvelles quantités.

Par contre, au départ, j’ai fait l’erreur de limiter le nombre de calories par jour. Le problème, c’est qu’en voulant tout compter, ça peut très rapidement devenir obsessionnel. Il ne faut pas tomber dans le piège du contrôle total de l’alimentation car il y a des aliments caloriques qui sont bons pour la santé ( saumon, avocat, oléagineux ). L’important est de ne pas se priver et de les consommer avec intelligence.

Si vos habitudes alimentaires étaient aussi pitoyables que les miennes, vous allez perdre rapidement du poids les premiers temps. Par contre, une fois que votre corps se sera habitué, ce sera bien plus long et pour accélérer le processus, il n’y a pas de miracle : il faut se mettre au sport !

Une activité physique régulière est vivement recommandée pour perdre du poids mais le sport à lui tout seul ne fait pas maigrir. Si vous faîtes 8 heures de sport par semaine en vous empiffrant à côté, vos efforts seront vains.

Quelles activités choisir ? Pour perdre du poids, il faut privilégier le cardio. Pour ma part, vous le savez bien, j’ai choisi la course à pied, le Body Attack et le Body Combat.

Pour redessiner la silhouette, je vous conseille aussi de faire du renforcement musculaire. Pour vous donner une idée, je suis régulièrement les cours de Body Pump, fais des exercices de Pilates chez moi et je me suis mise récemment à la natation. Je me suis équipée d’une planche pour faire travailler le bas du corps ( fessiers, cuisses, mollets ) et les abdominaux et fréquente les bassins une à deux fois par semaine ( le samedi et/ou le dimanche ).

Quoique vous choisissiez, il est important que vous preniez du plaisir à vous entraîner. Le sport ne doit pas être une torture alors prenez le temps de choisir une activité qui vous correspond. Vous aimez danser ?  Prenez des cours de zumba, de modern-jazz …

3 séances de sport suffisent pour perdre du poids, à condition de combiner le cardio et le renforcement musculaire. Aujourd’hui, je m’en tiens à plus que ça mais c’est personnel. Vous faîtes comme vous le sentez.

Pour comparer les résultats, vous allez aussi devoir vous peser. Je vous conseille de le faire nue, le matin et à jeun. Par contre, inutile de vous peser tous les jours : c’est idiot et ça ne sert à rien ! Une fois par semaine suffit pour se rendre compte de la situation.

Enfin, pendant votre perte de poids, vous allez être souvent confrontés à des situations à risques. Ce sont des situations de la vie de tous les jours où vous aurez du mal à suivre votre nouveau mode alimentaire. Ce serait bête de se priver d’aller au restaurant, de décliner les invitations de vos amis. Il est seulement important de choisir des solutions raisonnables pour limiter les dégâts. Au restaurant par exemple, rien ne vous empêche d’opter pour une salade ou une viande blanche accompagnée de légumes.

Revoir son alimentation ne veut pas dire qu’il faut se frustrer. Il est primordial de faire attention à ce que l’on mange en respectant certaines règles mais pour ne pas craquer, il est aussi important de savoir parfois lâcher prise. Il m’arrive aussi de faire des écarts. La preuve : le prochain article est dédié à mes recettes préférées et je peux vous dire qu’elles sont caloriques !

Faire preuve de rigueur ( en sachant parfois lâcher du lest pour ne pas se sentir frustré ) dans son alimentation et pratiquer régulièrement une activité sportive sont la clé d’une perte de poids durable et maîtrisée ! 

 

Le Body Attack : comment brûler un max de calories

Aujourd’hui, je vais vous présenter le cours cardio par excellence. Si vous ne le savez pas, la course à pied c’est bien : ça tonifie certaines parties du corps mais ça ne muscle pas en profondeur. En d’autres termes, si vous voulez avoir de belles fesses rebondies, ce n’est pas avec la course à pied que vous allez les obtenir et c’est la raison pour laquelle je pratique d’autres activités physiques.

Si vous aimez à la base travailler le cardio, je vous conseille le cours de Body Attack. Comme son nom l’indique, c’est de la dynamite, un shot d’adrénalines. On y travaille son endurance comme jamais. Imaginez que pendant 60 minutes, vous enchaînez les sauts, les déplacements latéraux et frontaux, les pompes et les lunges. C’est donc un cours très complet qui fait travailler tous les muscles du corps parmi lesquels les cuisses et les fessiers sont particulièrement sollicités.

Le Body Attack apprend à développer son souffle et à se dépasser car ce cours fait prendre conscience que tout est question de mental. Le but est d’aller jusqu’au bout, de ne pas abandonner en plein milieu de la séance. Du coup, quand mes jambes vacillent et que mes poumons crient à l’agonie, seul mon mental permet de faire la différence.

Je me souviens surtout de quelques chansons de mon premier cours de Body Attack. Au bout de la quatrième, j’ai cru que j’allais mourir car le but était d’augmenter au maximum la fréquence cardiaque. La cinquième chanson n’était pas du tout faite pour récupérer car on a enchaîné sur du renforcement musculaire avec des pompes. Moi qui n’avais jamais fait de pompes, j’ai découvert qu’il m’était impossible de les faire sur les pieds. Obligation alors de les faire sur les genoux ( pour info, j’ai toujours du mal à faire des pompes sur les pieds ! ).

J’ai souffert au cours de cette première séance mais je ne me suis pas avouée vaincue.  Inutile de vous dire que  j’étais très courbaturée le lendemain. J’y suis quand même retournée parce que je me disais qu’il fallait que je termine ce cours sans être sur les rotules. Aujourd’hui, ça fait un an que je le pratique régulièrement ( 1 à 2 fois par semaine ) et j’adore ça ! C’est vraiment un cours où on peut se défouler et relâcher la pression.

Les mouvements du Body Attack étant assez simples à exécuter , ce serait dommage que les gens qui ont des problèmes de coordination s’autocensurent en se disant que le cours n’est pas fait pour eux. Dans ce cas, tous les cours collectifs seraient à proscrire : du Body Attack au Body Combat en passant par le Body Jam.  La coordination vient en pratiquant, l’essentiel étant de ne pas se décourager.

En revanche, si vous venez de débuter le sport, je vous conseille de suivre dans un premier temps le format de 45 minutes. Il ne faut pas non plus hésiter à choisir les options quand on sent que le corps a du mal à suivre. Le Body Attack est accessible à un large public mais je reconnais qu’il vaut mieux éviter de suivre ce cours si vous avez des problèmes au niveau des articulations. En effet, cette activité sollicite beaucoup les genoux et les chevilles.

Il est important aussi de bien s’équiper pour ne pas avoir de mauvaises surprises. Running obligatoires pour le Body Attack en raison des nombreux impacts. Les chevilles doivent être bien maintenues et l’amorti au top.

 

 

Rester motivé pour faire du sport en automne/hiver

C’est officiel ! Il CAILLE ! Dans les régions montagneuses, on peut se lever avec 2°C le matin et rentrer chez soi le soir avec une température très fraîche mais l’automne réserve encore quelques belles journées ensoleillées. Avec l’hiver qui approche, on va bientôt entrer dans la période où la peau va tirer, les lèvres se gercer. En effet, l’hiver arrive à grands pas et c’est plutôt difficile de rester motivé à faire du sport quand les journées sont de plus en plus courtes et de plus en plus froides. Du coup, certaines personnes font ce qu’ils appellent  » une pause hivernale « . Ils préfèrent arrêter de s’entraîner et attendre que la saison froide passe. Ils vont alors faire peu ou pas de sport, et résultats des courses pour eux à la fin de la saison :  du stockage de graisse et des kilos en plus sur la balance.

Mais sur Fitnesstory, la pause hivernale n’existe pas ! L’arrivée du froid n’est pas une excuse pour arrêter le sport. Parce que si vous arrêtez de vous entraîner pendant toute une saison, tous les résultats que vous aurez obtenus disparaîtront et vos efforts n’auront pas servi à grand-chose.

Alors, comment garder la motivation pour s’entraîner pendant les saisons les plus froides ?  Voici quelques conditions pour rester motivé peu importe les conditions météorologiques ! ( on ne va pas s’entraîner sous une pluie diluvienne non plus … c’est à nous de faire preuve de persévérance mais aussi de bon sens ).

Penser « long terme »

Dès novembre, il faut penser à l’épreuve du bikini du mois de juin. Ce n’est pas un mois avant l’été que vous allez avoir une silhouette tonique et des jambes galbées. C’est comme les partiels : ce n’est pas en travaillant la veille pour le lendemain que l’on obtient les meilleurs résultats mais en fournissant des efforts toute l’année. Alors si on veut être belle en maillot de bain l’été prochain, on continue de s’entraîner pendant la saison hivernale !

Se fixer de nouveaux objectifs

Les saisons les plus fraîches sont aussi l’occasion de se fixer de nouveaux objectifs. Beaucoup de courses officielles débutent en mars/avril. C’est l’opportunité de réfléchir et de s’inscrire à une course : un 10 km, un semi-marathon …  Cela laisse quelques mois pour s’entraîner. Pour ma part, je me suis déjà établie un planning pour le printemps prochain. Pour le mois de mars, j’aimerais participer aux Foulées de la Frat et au Cross des Sources. En Avril, je ne sais pas encore si je courrai le semi-marathon de Grenoble-Vizille mais si c’est le cas, le relais sera largement privilégié. Ce mois-ci sera certainement le démarrage d’une nouvelle année de running car en avril, 3 courses sont prévues dans mon agenda.

Bien s’équiper

Pendant cette période, on pense aussi à bien se protéger du froid. On couvre les extrémités : mains, oreilles et cou. Et on porte 2 couches de vêtements : un maillot à manches longues près du corps et une veste coupe vent. Au niveau du bas, je porte un legging long près du corps mais les plus « warriors » d’entre nous continueront de courir en short.

Les journées qui raccourcissent, surtout depuis le passage à l’heure d’hiver, constituent souvent un frein à la pratique de la course à pied en extérieur. Il est clair que les coureurs habitant en ville sont plus avantagés parce que les parcs et avenues sont éclairés. Mais si comme moi, vous n’habitez pas dans un environnement urbain, vous pouvez courir en pleine nature avec une lampe frontale. Je n’ai pas encore investi dans cet achat mais comme mon anniversaire approche, c’est l’occasion ou jamais ! ( il y a Noel aussi mais ma wishlist est déjà complète ! )

Cette idée m’est venue lorsque j’ai vu des gens courir dans le parc en face de chez moi avec des lampes frontales. Certaines éclairaient aussi bien que les phares d’une voiture ! Et les équipements ont fait de réels progrès depuis quelques années puisqu’on trouve désormais pour une cinquantaine d’euros, des lampes frontales légères, efficaces en éclairage et avec une bonne autonomie.

Garder une alimentation saine 

C’est le challenge de la saison ! Quand il fait froid, on n’a qu’une idée en tête pour égayer nos soirées :  manger une bonne raclette avec ses amis ! Ce serait bête de s’en priver mais on ne fait pas non plus dans l’excès. En hiver, on a tendance à plus se lâcher : les plats sont plus gras, les quantités plus importantes … Et je ne vous parle pas des fêtes de fin d’année ! On peut s’autoriser des écarts sinon on ne pourra pas supporter mais on y va mollo parce que plus on mange des sucreries, des plats gras … et plus on en redemande ! L’hiver, c’est aussi l’occasion des soupes et des potages alors on ne zappe pas les légumes de saison. Notre corps nous dira merci !

Penser à récupérer

L’hiver, on a tendance à dormir plus et je n’échappe pas à la règle. J’essaie de me coucher plus tôt et de moins sortir en semaine. De cette manière, je suis en meilleure forme pour faire du sport aussi régulièrement que pendant la belle saison.

Je m’octroie aussi des séances de cocooning. Les saisons les plus fraîches de l’année sont l’occasion de retourner au hammam entre copines, de s’offrir un massage dans un spa. Ces moments me permettent de mieux récupérer entre mes séances de fitness et de course à pied. Je dors mieux et ressens moins la fatigue.

Et vous, que faîtes-vous pour rester motivés ?