Le Body Attack : comment brûler un max de calories

Aujourd’hui, je vais vous présenter le cours cardio par excellence. Si vous ne le savez pas, la course à pied c’est bien : ça tonifie certaines parties du corps mais ça ne muscle pas en profondeur. En d’autres termes, si vous voulez avoir de belles fesses rebondies, ce n’est pas avec la course à pied que vous allez les obtenir et c’est la raison pour laquelle je pratique d’autres activités physiques.

Si vous aimez à la base travailler le cardio, je vous conseille le cours de Body Attack. Comme son nom l’indique, c’est de la dynamite, un shot d’adrénalines. On y travaille son endurance comme jamais. Imaginez que pendant 60 minutes, vous enchaînez les sauts, les déplacements latéraux et frontaux, les pompes et les lunges. C’est donc un cours très complet qui fait travailler tous les muscles du corps parmi lesquels les cuisses et les fessiers sont particulièrement sollicités.

Le Body Attack apprend à développer son souffle et à se dépasser car ce cours fait prendre conscience que tout est question de mental. Le but est d’aller jusqu’au bout, de ne pas abandonner en plein milieu de la séance. Du coup, quand mes jambes vacillent et que mes poumons crient à l’agonie, seul mon mental permet de faire la différence.

Je me souviens surtout de quelques chansons de mon premier cours de Body Attack. Au bout de la quatrième, j’ai cru que j’allais mourir car le but était d’augmenter au maximum la fréquence cardiaque. La cinquième chanson n’était pas du tout faite pour récupérer car on a enchaîné sur du renforcement musculaire avec des pompes. Moi qui n’avais jamais fait de pompes, j’ai découvert qu’il m’était impossible de les faire sur les pieds. Obligation alors de les faire sur les genoux ( pour info, j’ai toujours du mal à faire des pompes sur les pieds ! ).

J’ai souffert au cours de cette première séance mais je ne me suis pas avouée vaincue.  Inutile de vous dire que  j’étais très courbaturée le lendemain. J’y suis quand même retournée parce que je me disais qu’il fallait que je termine ce cours sans être sur les rotules. Aujourd’hui, ça fait un an que je le pratique régulièrement ( 1 à 2 fois par semaine ) et j’adore ça ! C’est vraiment un cours où on peut se défouler et relâcher la pression.

Les mouvements du Body Attack étant assez simples à exécuter , ce serait dommage que les gens qui ont des problèmes de coordination s’autocensurent en se disant que le cours n’est pas fait pour eux. Dans ce cas, tous les cours collectifs seraient à proscrire : du Body Attack au Body Combat en passant par le Body Jam.  La coordination vient en pratiquant, l’essentiel étant de ne pas se décourager.

En revanche, si vous venez de débuter le sport, je vous conseille de suivre dans un premier temps le format de 45 minutes. Il ne faut pas non plus hésiter à choisir les options quand on sent que le corps a du mal à suivre. Le Body Attack est accessible à un large public mais je reconnais qu’il vaut mieux éviter de suivre ce cours si vous avez des problèmes au niveau des articulations. En effet, cette activité sollicite beaucoup les genoux et les chevilles.

Il est important aussi de bien s’équiper pour ne pas avoir de mauvaises surprises. Running obligatoires pour le Body Attack en raison des nombreux impacts. Les chevilles doivent être bien maintenues et l’amorti au top.

 

 

Des jambes toniques et galbées

Quand j’ai débuté le sport, les premiers changements que j’ai observées ont été au niveau des jambes. Elles se sont affinées et tonifiées. Je pense que les changements se font d’abord sur le bas du corps ( mollets, triceps, ischios et fessiers ) avant d’être visibles sur le haut du corps ( abdos, poitrine et biceps-triceps ) qui prend plus de temps à « travailler ».

Il existe des centaines de sports qui permettent d’obtenir des jambes toniques et galbées mais je ne vais me focaliser dans cet article que sur les activités que je pratique régulièrement et qui m’ont apporté des résultats.

Le Body Pump

Pour travailler les ischios ( arrière des cuisses ) et les fessiers, le Body Pump est le MUST ! Les pires courbatures que j’ai eues au niveau des cuisses sont apparues suite aux séances de Body Pump. Après uniquement quelques séances, j’ai pu remarquer des changements au niveau des jambes et des fesses. Par contre, c’est une activité qu’il ne vaut mieux pas arrêter car on a vite fait de voir ses cuisses et fesses ramollir au bout d’un mois ! :D

La course à pied

La course m’a permis d’affiner mes jambes. Mes quadriceps et mollets se sont bien dessinés et l’aspect de ma peau s’est aussi amélioré au niveau des fesses.

La randonnée

Je suis passionnée par le fitness, la course à pied et … la randonnée en montagne. Du printemps à l’automne, je pars tous les week-end avec mon copain faire des randonnées de 3 à 5 heures et même de temps en temps, des marches encore plus longues avant de dormir dans les refuges. L’hiver, on chausse les raquettes pour des après-midis à marcher dans la neige. La randonnée a une très bonne action sur les jambes puisqu’elle fait travailler tous les muscles inférieurs en même temps. En marchant régulièrement, on entretient sa forme et améliore ses performances en course à pied.

Une autre activité est excellente pour obtenir de belles jambes mais c’est plus fort que moi : je la déteste. Il s’agit du vélo. Si vous pédalez à vive allure, vous verrez à vue d’œil vos hanches, jambes et fesses se sculpter. Pour les amateurs, je conseille aussi le cours de RPM dispensé par les Mills. Cette activité qui est très cardio rend les jambes plus toniques et musclées mais si vous ne voulez pas gagner en volume, mieux vaut ne pas forcer sur la résistance.

Pour résumer, la course à pied permet d’affiner et muscler les mollets et quadriceps. Si vous n’aimez pas courir, vous pouvez opter pour le vélo car vous constaterez les mêmes résultats. Le meilleur moyen pour muscler les fesses et l’arrière des cuisses sont les squats et les fentes réalisés lors des cours de Body Pump.

N’hésitez pas à partager dans les commentaires les exercices que vous faites pour avoir des jambes toniques ! 

Je peux pas ce soir, j’ai pilates !

J’ai pratiqué la danse classique pendant des années et à cette période,  je pouvais faire le grand écart sans que cet exercice ne me pose problème.  Après avoir traversé un désert sur le plan sportif, je me suis remise sérieusement au sport depuis un an et demi. Seulement, en faisant énormément de travail cardio ( body attack, running … ),j’ai constaté que mes muscles se sont raidis.

Je participe déjà à des cours de Body Balance qui me permettent de travailler ma souplesse mais j’avais envie de progresser encore davantage à ce niveau en mettant l’accent sur le Pilates. Tiens, Pilates, c’est quoi ça ? Il s’agit d’une gym douce qui a pour but de raffermir le corps en profondeur. En clair, 3 axes caractérisent cette activité : tonification, affinement et assouplissement du corps.

Je ne souhaitais pas m’inscrire dans un studio de pilates pour plusieurs raisons alors j’ai décidé de pratiquer régulièrement quelques exercices sans bouger de chez moi. 2 à 3 fois par semaine (et toujours le soir), je sors mon tapis de yoga pour réaliser 7 petits exercices que je détaillerai quelques paragraphes plus loin.

Avant, il faut savoir que la plupart des mouvements sont exécutés lentement et que ça demande de la concentration pour bien caler les inspirations et expirations en fonction des mouvements. On est souvent dans des postures inconfortables avec un fort travail au poids de corps qui permet justement de rester en gainage pour renforcer les abdominaux.

Le pilates nous fait aussi travailler notre posture naturelle : dans les cours d’abdos-fessiers traditionnels, on nous demande de plaquer le dos au sol pour réaliser les exercices. Or, il s’agit d’une mauvaise posture dans la mesure où quand on est debout, le dos n’est pas parfaitement droit. Pendant les exercices de pilates, seuls les omoplates et le coccyx touchent le sol. Cette posture permet de faire travailler les abdominaux profonds.

 

Je vais maintenant vous présenter les 7 exercices que je réalise chez moi avec pour seul matériel un tapis de yoga. Je les pratique pieds nus et habillée avec des vêtements dans lesquels je me sens à l’aise dans l’exécution des mouvements.

1- Le balancier

Assise sur le coccyx, je ramène les genoux légèrement écartés vers la poitrine et empoigne les chevilles en passant les bras à l’intérieur des cuisses.  Je rentre le menton le plus possible et essaie de tenir en équilibre en contractant fort les abdominaux et en expirant. A l’inspiration, je bascule en arrière en gardant les jambes pliées jusqu’à toucher le sol avec les épaules. Je dois alors sentir chaque vertèbre toucher le sol, l’une après l’autre. A l’expiration, je déroule vers l’avant en utilisant la force des abdominaux et en prenant soin de m’arrêter avant que mes pieds ne touchent le sol. Je recommence 10 fois en tentant de conserver la fluidité du mouvement de bascule.

Au début, je galérais avec cet exercice et c’est pourquoi je l’avais un peu facilité en plaçant les mains sur les genoux pliés et écartant les coudes pour mieux maintenir l’équilibre.

2 – La centaine

C’est mon exo favori ! Je m’allonge sur le dos, bras le long du corps et ramène les genoux vers la poitrine pour former un angle à 90°. Je relève la tête et les épaules et rentre légèrement la tête pour éviter qu’elle ne penche en arrière. Je tends les bras à hauteur des hanches, paumes des mains tournées vers le sol. Je regarde droit devant moi et inspire en effectuant 5 petits battements très rapides avec les bras ( comme si je tapais sur un ballon de basket ). Plus les battements sont vifs et plus l’exercice est efficace. Je veille aussi à ce que les mouvements partent bien des épaules et que la tête ne bouge pas. J’expire en faisant 5 autres battements puis recommence.

3 –  L’extension des jambes

Allongée sur le dos, jambes tendues, je place les mains l’une sur l’autre derrière la nuque étirée, en écartant les coudes. Je contracte les abdominaux et incline la tête vers la poitrine en soulevant les épaules par la force des abdos. Je soulève les jambes à 45° et à l’inspiration, je fléchis les jambes vers la poitrine. A l’expiration, je tends à nouveau les jambes en contrôlant le mouvement. Je recommence 10 fois en veillant  pendant toute la durée de l’exercice que mon dos n’est pas cambré !

4 – Le pont

Allongée sur le dos, jambes fléchies, je contracte les abdominaux en expirant. Je prends une longue inspiration puis en expirant, je soulève lentement le bassin, une vertèbre après l’autre, jusqu’à être en position de pont. La nuque est étirée ( mais pas à l’excès ! ) et le poids du corps repose surtout sur le haut des épaules. Je prends à nouveau une grande inspiration et contracte les fesses. En expirant, je repose délicatement le dos, vertèbre par vertèbre, en contrôlant le mouvement. Je recommence 10 fois.

5 – Le cygne

Je m’installe à plat ventre, front au sol, jambes tendues et écartées de la largeur des hanches. Les pieds sont étirés à plats sur le sol, bras légèrement écartés le long du corps, paume des mains vers le ciel. J’expire en contractant le périnée, les abdos et les fessiers en poussant fort le pubis vers le sol. A l’inspiration, je soulève la poitrine par la force du dos en levant les bras tendus en arrière à hauteur d’épaules. Je veille à garder les épaules abaissées en les dirigeant vers l’arrière. J’essaie d’allonger mon corps au maximum pour bien ressentir l’étirement au niveau de la région abdominale. A l’expiration, je relâche et pose tête et bras au sol en contrôlant le mouvement. Je recommence 10 fois.

6 – L’extension de jambe et bras opposés

Je m’installe à quatre pattes, mains et genoux dans l’axe des épaules et des hanches, le dos bien droit (mais pas creux !) et la tête dans le prolongement de la colonne, regarde vers le sol. J’expire en contractant les abdos et les fessiers. J’inspire puis expire en tendant le bras droit vers l’avant et la jambe gauche vers l’arrière. J’allonge le plus possible le bras et la tête, vers l’avant et la jambe, vers l’arrière, en gardant le buste immobile. A l’inspiration, j’abaisse simultanément le coude et le genou sous le buste. A l’expiration, j’étire à nouveau le bras et la jambe à l’horizontale. Je recommence 10 fois.

7 – La posture de l’enfant

Après l’effort vient le réconfort ! A quatre pattes, les mains et les genoux dans l’axe des épaules, je m’assois lentement sur les talons puis pose le front au sol. Je place les bras le long du corps, paume des mains tournées vers le ciel. Je relâche tout le poids du corps vers l’avant en essayant de décontracter la tête, le cou et les épaules. Je déroule ensuite lentement le dos, vertèbre par vertèbre.

Je pratique ces exercices depuis 3 semaines et je reconnais que ça me fait beaucoup de bien. Ils me permettent de prolonger les bénéfices du Body Balance sans contrainte de temps. Je ne suis pas trempée comme après un Body Attack ou un cross de 10 km mais je peux vous dire que mes abdos ont travaillé !

J’espère que je trouverai la motivation de persévérer et pour y parvenir, je sais qu’il va falloir que je me documente pour varier les exercices. Attendez vous probablement à une suite !

 

 

 

 

 

 

Comment bien choisir son club de fitness

L’effervescence de la rentrée est derrière nous et c’est décidé, on s’offre un abonnement en salle de fitness. Une excellente initiative assortie de la ferme intention de s’accrocher pour le rentabiliser. Pas facile de trouver un club qui comblera nos attentes mais ce n’est pas non plus mission impossible. Seulement, avant de signer, mieux vaut se poser les bonnes questions pour ne pas se planter …

L’accessibilité

C’est le critère le plus important selon moi ! Idéalement, le temps de trajet ne doit pas excéder 20 minutes depuis le domicile ou le lieu de travail. Elle doit aussi être facilement accessible selon le moyen de transport que vous utiliserez alors si la salle en question nécessite quatre changements de métro ou 40 minutes de route, on lâche l’affaire ! Sinon, la durée du trajet sera peut-être une excuse pour ne pas y aller.

Les horaires

Quels jours et à quel moment de la journée allez-vous vous entraîner ? Pour moi, une salle doit ouvrir au maximum à 9h et fermer au minimum à 21h.

Faites également attention aux horaires d’ouverture : par exemple, si vous préférez vous entraîner le week-end, vérifiez que le club est bien ouvert car bon nombre d’eux sont fermés le dimanche. Même chose pour les vacances et jours fériés, beaucoup de salles ferment au cours de ces périodes.

Pour ma part, ma salle est ouverte du lundi au vendredi de 9h à 21 h ainsi que le samedi de 9h à 13h. Elle ne ferme ses portes qu’au 1er mai, 25 décembre et 1er janvier. Pour le moment, ses horaires me conviennent tout à fait mais je trouve dommage que mon club ne soit pas ouvert tout le week-end. Si ma vie professionnelle est amenée à bouleverser mon planning d’activités actuel, je pense que je prendrai la décision de changer de club pour me tourner vers un autre, aux horaires et jours d’ouverture encore plus flexibles.

Les cours

Quels sont les cours proposés par votre salle ? Attention, toutes les salles ne proposent pas des cours collectifs ( je pense notamment aux salles low-cost ), donc si, comme moi, vous y allez pour participer à ces cours, vérifiez bien qu’il y en a et quels types de cours.

En général, on retrouve à peu près dans toutes les salles les mêmes types d’activités : Cuisses-Abdos-Fessiers, Zumba, Body Sculpt, Yoga … mais si vous êtes adeptes des cours Les Mills, sachez que vous ne les retrouverez pas dans tous les clubs de fitness. La salle doit avoir la licence Les Mills pour dispenser ce type de cours.

Body Attack, Body Pump, Body Balance, Body Vive, Body Jam, Body Combat … Je ne devais pas avoir que l’embarras du choix pour varier les plaisirs. Si vous aussi vous n’aimez pas la routine, renseignez-vous sur le nombre de cours différents dispensés par le club.

Le matériel

Si vous êtes plutôt indépendant, vous allez sûrement vous entraîner sur les machines. Pensez ainsi à vérifier la qualité et la quantité des machines mises à disposition. Ce serait dommage de se rendre compte au dernier moment que le tapis de course tombe en rade au bout de 10 minutes ou que le vélo elliptique grince comme une bicyclette d’avant guerre ! Le nombre de machines présentes dans la salle est aussi important car elles sont très prisées aux heures de pointe, et ce n’est pas fun de devoir attendre 15 minutes avant de pouvoir grimper sur un vélo elliptique.

Les vestiaires

Avant de vous inscrire dans une salle, n’hésitez pas à demander à ce qu’on vous fasse visiter les vestiaires et l’espace aménagé pour les douches. Pour ma part, je ne me lave jamais dans ma salle de sport mais beaucoup le font, donc l’hygiéne et la propreté seront un critère à ne pas négliger. D’ailleurs, même si on n’y prend pas de douche, personne n’a envie de mettre les pieds dans un lieu crade ! Vérifiez également que la salle dispose de casiers avec cadenas pour ranger vos affaires … et qu’ils sont suffisamment nombreux.

L’ambiance

Chaque salle a une ambiance et un état d’esprit qui lui sont propres. L’ambiance est très importante car elle vous aidera à ne pas vous sentir gêné lors de vos entraînements.  Dans certains cas, le club de fitness peut être considéré comme un club de rencontres. Les gens y viennent alors principalement pour draguer alors si tel n’est pas votre objectif, vous risquerez de ne pas vous sentir à votre aise. C’est très difficile de s’en rendre compte lors d’une première visite alors le mieux est de bien se renseigner au préalable.

Les services supplémentaires

Certaines salles peuvent proposer à ses clients des services supplémentaires en mettant à disposition un hammam, un sauna … Si vous aimez vous entraîner pendant la pause déjeuner, c’est toujours plus pratique d’avoir un snack dans sa salle de sport.

Prix et engagement

J’ai gardé le meilleur pour la fin car c’est ce qui nous préoccupe le plus : combien cela va-t’ il nous coûter ?

Selon où vous habitez et les services qui seront proposés, les tarifs varieront sensiblement. Par exemple, pour une salle low-cost ne proposant aucun service à part la mise à disposition du matériel, vous payerez  seulement entre 20 et 30 euros par mois. Pour les salles qui proposent des cours collectifs, vous débourserez entre 40 et 80 euros par mois. Sachez également que si vous êtes étudiante, vous bénéficierez souvent d’un tarif réduit.

Concernant la durée de l’abonnement, celle-ci va généralement de 1 mois à 1 an, sachant que plus sa durée est courte et plus le tarif mensuel sera élevé. Si on a l’intention de s’y rendre régulièrement, il est toujours plus intéressant financièrement de s’y inscrire à l’année. Il est également conseillé de se renseigner sur la possibilité de suspendre et de résilier son abonnement, histoire d’éviter les mauvaises surprises en cas d’imprévu.

Je pense avoir fait le tour des critères de choix, maintenant vous avez toutes les cartes en main pour choisir la salle qui vous conviendra le mieux. Sachez également que vous pouvez demander, dans la plupart des salles, une séance d’essai gratuite.

Une fois inscrite dans une salle, vous aurez fait la moitié du travail parce que s’engager c’est bien, mais s’y rendre régulièrement, c’est encore mieux:) .

 

[ Pour le plaisir des yeux ]

 

Les bénéfices du Body Balance

Je ne fais pas de yoga 676142traditionnel mais du BodyBalance dans une salle de sport. Ce cours qui est un mélange de yoga et de pilates est complémentaire avec la course à pied et les activités fitnesss sollicitant le plus nos articulations ( Body Attack et Body Combat, notamment ).

Les cours de  Body Balance qui sont aussi dispensés par les Mills s’organisent toujours de la façon suivante : on commence à exécuter des mouvements de Tai-chi pendant une dizaine de minutes avant de se lancer durant 30 minutes dans une série d’exercices de renforcement musculaire et d’étirements. La séance se termine par 10 minutes de relaxation et de médiation sur fond de musique douce.

On l’a compris, le Body Balance met clairement l’accent sur l’assouplissement, l’étirement des muscles et la méditation. En le pratiquant depuis plus d’un an, j’ai constaté une réelle progression : je me tiens plus droite, je sens que mes muscles sont moins verrouillés et je n’ai plus mal au dos. Je me plaignais souvent d’avoir des douleurs au niveau des lombaires et certaines postures de yoga comme celles du cobra, d580928_32800282u chat, de la pierre qui roule …( mais qu’est-ce que c’est que ces noms ?? 😀 ) m’ont fait un bien fou.

Pour celles et ceux ( Messieurs, osez vous lancer parce que vous êtes encore bien minoritaires ;-) ) qui souhaitent tester, sachez que vous n’aurez besoin que de l’essentiel : une tenue souple dans laquelle vous vous sentirez à l’aise, un tapis, une serviette et une bouteille d’eau. Laissez vos chaussures et chaussettes au vestiaire : le Body Balance se pratique pieds nus. Le matériel est simple, à l’image de la philosophie du yoga.

Le Body Balance est très bénéfique pour le corps et l’esprit mais ne nous attendons pas non plus à des miracles ! Le yoga et les pilates ne font pas maigrir : le travail sur les postures n’engage pas dans une activité suffisamment intense pour perdre des calories comme le ferait un autre cours de fitness. Le Body Balance permet à celui qui le pratique de réguler son appétit, de ne pas se jeter sur la nourriture pour compenser mais ne fait pas perdre de poids, même si on transpire beaucoup. Transpirer ne veut pas dire maigrir. En revanche, il renforce la musculature et rend plus souple.

Le yoga a aussi des effets bénéfiques sur le moral et ce n’est pas un mythe. Cela ne veut pas dire qu’il permet de mieux s’oxygéner ( … parce que ça, c’est une légende ) mais atténue l’anxiété et le stress. Seulement, les résultats ne sont pas immédiats : ça peut prendre du temps et requiert une pratique régulière et prolongée. Si ces conditions sont remplies, c’est scientifiquement prouvé : c’est la bonne humeur assurée ! :)

 

Sculpter son corps avec le Body Pump

J’ai eu du mal à m’y mettre ( vous y trouverez les raisons quelques paragraphes plus loin … ) mais je pratique désormais 2 fois par semaine  le cours de Body Pump. J’ai décidé de vous en parler plus en détails parce que j’ai l’impression que beaucoup de personnes ont des préjugés sur la musculation et notamment le Body Pump.

Qu’est-ce que le Body Pump ?

On travaille en chorégraphie tous les groupes musculaires ( cuisses, fesses, abdos, poitrine, dos, biceps, triceps, épaules ) grâce à une barre d’haltères et différents poids.  Chaque chanson fait travailler un groupe musculaire diffèrent et le cours dure généralement 1 heure. Il existe néanmoins des formats de 45 minutes.

Pourquoi faireQ2012_BodyPump_A2 POSTER P1 du Body Pump ?

C’est une activité fortement conseillée pour les personnes qui souhaitent débuter en musculation mais qui ne savent pas trop comment s’y prendre. On y apprend les grands mouvements de base de la musculation ( squats, épaules jetées, développé couché ). On travaille aussi son endurance musculaire car le cours enchaîne des répétitions pendant 4 à 7 minutes.  La consommation calorique va forcément être importante et on brûlera des graisses.

Quels sont les bénéfices du Body Pump sur le corps ?

Le Body Pump fait travailler l’intégralité du corps. A condition de s’y rendre régulièrement, on observe des résultats assez rapidement. La silhouette est remodelée : la taille est affinée,  les muscles plus fermes et mieux dessinés.

Quel poids porter ?

On ne met pas le même poids sur la barre pour chaque groupe musculaire. Si c’est votre première séance en musculation, je vous conseille d’y aller tranquillement. Le plus important est de se concentrer sur la technique et de s’approprier les mouvements. Pour un premier Body Pump, je vous conseille de vous servir de 2 petits ( 1,5 kg chacun ), 2 moyens ( 2,25kg chacun ) et 2 gros (4,5kg chacun).

 Le Body Pump et moi 

Je vous ai expliqué que j’avais eu du mal à m’y mettre. En effet, j’ai participé à mon premier cours de Body Pump il y a plus d’un an mais je m’y suis mise sérieusement il y a seulement 6 mois. Avant de commencer le Body Pump, mon activité physique était exclusivement cardio. Un jour, j’ai croisé un ami dans ma salle de sport qui m’a conseillé d’essayer. Je me suis dit que c’était une très bonne idée pour diversifier mes activités.

Ma première expérience a été traumatisante. J’exagère à peine car j’ai souffert dès l’échauffement des abdominaux. La souffrance a atteint son paroxysme avec le travail des bras ! Les poids que je portais étaient ridicules mais comme je ne les faisais jamais travailler, j’ai sacrément morflé. Je ne vous parle pas des deux jours qui ont suivi le cours :  les gestes de la vie quotidienne nécessitant l’utilisation de mes bras étaient une torture.

Vous vous demandez pourquoi j’y suis retournée si j’ai tant souffert ?  Je ne pense pas aimer la souffrance plus qu’un autre 😀  mais j’y suis retournée parce que je déteste rester sur un échec. Il fallait que je termine ce cours avec le sourire. Quand j’ai débuté la course à pied, j’ai failli cracher mes poumons au bout de 15 minutes mais j’ai persisté. N’ayant commencé que depuis mars dernier, je me considère comme une débutante mais j’arrive à faire des courses en compétition sans m’arrêter une seule fois sur les parcours. Si j’arrive à courir, pourquoi je n’arriverais pas à terminer un cours de Body Pump ?

Aujourd’hui, j’aime me rendre aux cours de Body Pump ( … mais ils ne pourront jamais remplacer ceux du Body Attack 😀 ). Je souffre toujours physiquement mais je sens que c’est de la « bonne souffrance » ( c’est officiel … on me prend pour une masochiste ). En 6 mois, j’ai constaté une réelle progression et j’augmente ainsi progressivement mes charges. Par contre, pour les biceps et triceps, je n’ai pas pour objectif  de charger davantage et préfère me concentrer sur la technique.

 

A l’heure actuelle, je constate que les résultats physiques les plus visibles sont au niveau des cuisses et des fesses. Elles sont plus fermes et plus dessinées. Les squats sont très bénéfiques pour éliminer la cellulite. Les bras et le dos sont légèrement plus dessinés. Ma taille s’est beaucoup affinée mais je pense que c’est la combinaison du cardio et de la musculation qui en est la cause.

 

Si vous avez l’objectif de tonifier, affiner et sculpter votre corps, le Body Pump est fait pour vous. En revanche, si vous voulez gagner en masse, mieux vaut se tourner vers la musculation traditionnelle.

 

Le Body Pump étant dispensé par les Mills, les cours sont plaisants parce qu’on bénéficie d’une dynamique de groupe plus motivante que de s’entraîner tout seul dans son coin. En revanche, je me permets d’émettre une réserve sur ces cours. La blessure peut arriver très rapidement si on se montre trop brusque dans ses mouvements. Je pense à ceux et celles qui, après fait travailler leurs épaules, posent un peu trop rapidement leur barre au sol mais il existe bien d’autres exemples.  Prenons le temps d’exécuter les mouvements, de s’étirer à la fin de la séance … notre corps nous dira merci !